La Classe ULIS

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), les troubles des fonctions cognitives ou mentales se traduisent par « un déficit significatif du développement intellectuel associé à des troubles du comportement ».

Les difficultés cognitives peuvent apparaître soit d’emblée dans le développement psychique de l’enfant, suite à des aberrations chromosomiques, des maladies génétiques ou de développement in utero, soit survenir comme une détérioration secondaire, à la suite de problèmes de santé ou de maladies.
On parle volontiers, dans les causes les plus fréquentes de déficience intellectuelle, de la trisomie 21 et du syndrome de l’X fragile. Des facteurs aggravants liés à l’environnement, comme la maltraitance ou la négligence grave ou en lien avec une maladie mentale, comme la psychose, peuvent aussi jouer un rôle dans la survenue de troubles des fonctions cognitives.

Plus que pour tout autre handicap, des aménagements pédagogiques sont nécessaires pour réussir la scolarisation de ces jeunes. Des petits effectifs et une pédagogie différenciée permettent à l’élève de progresser à son rythme dans les apprentissages.

Afin de réaliser intégration de ces jeunes, Saint Dominique propose deux classes ULIS dont la responsable est Mme Fanny de la Fortelle. Nous l’avons rencontré afin d’en savoir plus.

Que veut dire l’abréviation ULIS ?
ULIS signifie Unité Localisée d’Inclusion Scolaire.

Depuis quand Saint Do accueille des enfants souffrant de ces troubles ?
A ma connaissance, cela fait plus de 30 ans. Les « intégrées » se sont ouvertes en 1982. St Do a été précurseur dans ce domaine.

Combien y a t’il de classes ULIS à St Do ?
Il y en a 2 : il y a une ULIS Maternelle – la classe soleil – et une ULIS Collège. Et cela concerne 16 enfants. Pour le collège que j’ai en charge, les élèves ont entre 12 et 16 ans.

 

Qu’y a t’il derrière le terme inclusion ?
L’inclusion ne se limite pas à une simple socialisation. Elle vise à permettre à chaque jeune, en fonction de son niveau de compétences, de poursuivre des apprentissages scolaires dans des classes ordinaires.

Quels sont les objectifs d’un tel programme ?
D’une manière générale, ce programme a plusieurs objectifs :

  • Encourager leur participation à la vie du collège. Promouvoir le respect de l’autre et ses différences, la solidarité et le civisme.
  • Continuer à parfaire l’autonomie de ces jeunes dans la conduite de leur vie sociale en leur apprenant à établir des relations avec les autres collégiens.
  • Apprendre à respecter les règles de la vie en collectivité.
  • Appréhender le monde professionnel par des stages.

 

Du point de vue pédagogique, il s’agit de développer et d’améliorer les compétences de chaque élève au travers de domaines disciplinaires en lien avec les priorités de la vie quotidienne.
Les élèves ont un emploi du temps qui ressemble à celui des collégiens ordinaires : ils font aussi bien des maths, du français, de l’histoire géo, des sciences, du théâtre, de la musique, des arts plastiques que du sport.

Concrètement, comment est réalisée cette intégration à St Do ?
On adapte l’enseignement au cas par cas, on ajuste l’inclusion. Les élèves suivent partiellement ou totalement les cours des classes ordinaires en fonction de leurs compétences, de leur niveau intellectuel et de leur maturité sociale. Par exemple, pour certains, l’acquisition des notions grammaticales n’est pas essentielle ; il faut plutôt favoriser la lecture, le vocabulaire et l’expression orale. Nous devons valoriser leurs capacités afin qu’ils ne se sentent pas en situation d’échec ou simplement dévalorisés.
Pour qu’ils puissent travailler dans des conditions optimales, ils bénéficient d’un regroupement dans une salle aménagée à leur intention, d’un soutien particulier par un enseignant spécialisé et d’une auxiliaire de vie scolaire (AVS).


De nombreuses sorties scolaires sont organisées tout au long de l’année – visite de monuments historiques, musées, théâtre…-  Ces sorties sont en lien avec un projet de classe. Elles favorisent l’esprit de groupe et participent à la mise en place d’une mémoire collective pleine de bons souvenirs !


Voyez-vous les élèves progresser ?

Oui bien sur ! Mais les progrès ne sont pas les mêmes pour tous ! Ils peuvent se situer pour certains sur des compétences scolaires et pour d’autres sur l’autonomie et la sociabilité.

Combien d’établissements accueillent ces élèves dans les Hauts de Seine ?
A ma connaissance, il y a 5 collèges privés dans les Hauts de Seine et une vingtaine de collèges publics. Au regard du nombre d’élèves souffrant de ces troubles, il y a un vrai déficit.

S’ils ne peuvent pas intégrer un tel programme d’inclusion, quels sont alors leurs autres choix ?
S’ils n’ont pas la chance de pouvoir être accueillis dans une classe ULIS, ils ont recours aux Instituts Médicaux Educatifs (IME). Dans ce cadre là, on les sort alors totalement du milieu ordinaire.

Et qu’existe-t-il comme structures d’accueil après le collège ?
Il y a les ULIS lycées professionnelles ou les Instituts médicaux professionnels.

Pourquoi avoir fait le choix de participer à un tel programme en tant qu’enseignante ?
Pour un professeur, enseigner dans une telle classe est une vraie richesse, car ces jeunes à qui nous donnons beaucoup, nous le rendent au centuple. Auparavant, j’étais enseignante dans un CM2 ordinaire. Ce fut donc une vraie volonté d’enseigner dans ces classes. Nous nous remettons en question en permanence : pourquoi n’y arrivent-t-ils pas ? Comment faire pour les aider ? La pédagogie est différente, elle passe avant tout par l’apprentissage au travers de la manipulation, la réalisation de projets et d’ateliers. Nous utilisons beaucoup de médiateurs, à savoir, de l’image et de la vidéo.
Mais c’est aussi de la bienveillance et de l’exigence. C’est une main de fer dans un gant de velours. Le fait de côtoyer ces élèves est une richesse pour toute le monde, aussi bien pour les enseignants que pour les camarades qu’ils fréquentent lors de leur inclusion.

Rentrée 2016 /2017,  Mme Fanny de la Fortelle est partie pour de nouvelles aventures laissant place à Mme Leneutre